Autorisation de site

En l’absence de « qualification  montagne », pour accéder en avion à l’altiport de Peyresourde Balestas, le seul altiport pyrénéen, situé à  une altitude de 5190ft, vous devez être obligatoirement en possession d’une autorisation de site. Il en va de même pour chacun des  6 autres altiports français situés dans les Alpes (Courchevel, Méribel, L’Alpe d’Huez, Megève, Corlier et La Motte Chalançon). 

 

Mais qu’est ce qu’une autorisation de site ?

 

Cette autorisation est délivrée par un instructeur montagne après un entrainement adapté sur un altiport ou une altisurface octroyant au pilote détenteur d’un brevet avion l’autorisation d’atterrir sur ce site. Cette autorisation sera mentionnée sur son carnet de vol.

Le renouvellement est automatique mais il est subordonné à l’utilisation du site comme Commandant de Bord  au cours des 6 mois précédents.

 

Quelques précisions ….

-          L’entrainement peut être assuré par un instructeur titulaire de l’autorisation de site, mais le test doit obligatoirement s’effectuer avec un instructeur montagne.

-          Quel est le volume d’heures nécessaire à l’obtention de cette autorisation ?  Il est bien sûr variable suivant  l’expérience du  pilote. Néanmoins il n’est pas réductible raisonnablement à moins de deux heures d’entrainement car le pilote devra avoir été confronté aux diverses conditions d’aérologie susceptibles d’être rencontrées sur ce site.

-          Quel avion ? Le DR 300 à train tricycle est représentatif de la flotte  familière à de nombreux pilotes. L’adaptation à un tel avion est rapide et permet de se consacrer dés le début de la formation à l’étude des spécificités du vol en montagne et du site. Equipé d’un moteur de 140cv, le pilote aura à gérer lors de sa formation un compromis puissance/altitude/masse similaire à celui d’un avion plus puissant  à masse élevée.

-          Une fois acquise, l’autorisation de site n’est pas une fin en soi. Le pilote devra s’astreindre à pratiquer l’altiport de manière régulière afin de garder un entrainement suffisant pour atterrir et décoller en toute sécurité et surtout pour savoir renoncer lorsque les conditions ne sont pas favorables (cas notamment de vent sud).  

Date de dernière mise à jour : 16/03/2015