Mot de l’instructeur

 

Humilité et Convivialité sont les maîtres-mots de l’aviation légère, et ces notions prennent toute leur valeur en montagne. Quelles que soient les qualifications, l’expérience et le nombre d’heures de vol, on reconnaîtra le meilleur d’entre nous car ce sera à coup sûr le plus prudent.

Souvenons-nous que quoi qu’il arrive, la montagne sera toujours plus solide que les machines qui lui volent autour, et que savoir renoncer est l’apanage des sages.

Me revient un souvenir d’il y a quelques années, où , dans le tour de piste d’un aérodrome , j’entendais partir à la queue leu leu les avions d’un club qui s’envolaient  vers une sortie commune. Le plafond était faible, et la visi crapeauteuse.

Le premier avion qui partit revint quelques minutes plus tard à la verticale terrain, après un demi-tour sans doute tendu au ras du stratus.
On entendit alors sur la fréquence l’instructeur, resté au sol, inviter fermement le pilote à repartir, et à poursuivre vers la destination de la sortie, parce que «  ça passait ».
L’avion concerné fit donc un nouveau demi-tour, pour repartir en effet dans sa direction initiale, à la suite de ses copains, lesquels, effectivement, avaient dû passer.

Nous parcourûmes la presse avec inquiétude dans les jours qui suivirent.  Ouf.

Il n’y eut pas d’accident, puisqu’on n’entendit parler de rien.

Cette anecdote doit rester ancrée dans nos esprits de pilotes d’abord, mais aussi de montagnards. Celui qui a raison, ce n’est pas forcément l’instructeur, ni le plus qualifié, mais c’est le plus prudent, même s’il a dix fois moins d’heures de vol que les autres. Et il n’est guère facile d’arriver en voiture au point de rendez-vous, alors que dix avions sont là, et que ça passait.

Voilà pour l’humilité, notre pilier numéro un qui nous accompagne au cours de  chaque vol.

En ce qui concerne la convivialité, pas besoin de faire un speech, les pilotes de montagnes sont imbattables dans ce domaine.

 

Bons vols à tous.

Jacques

Date de dernière mise à jour : 19/11/2013