DR 300 F-BSON

 

Le DR 300 F BSON, premières impressions…

Train tricycle…les « montagnards » vont tiquer et ils ont raison ! La plupart des altisurfaces acceptent plus facilement les « taildraggers » (en anglais dans le texte, soit les « traine queue »,  terme bien peu élogieux pour les pratiquants de l’aviation de montagne…).

 

Le BSON (on enchaine…) n’étant donc pas assuré sur altisurface, nous en resterons à son emploi  sur altiport (Peyresourde ou autre alpin bien sûr !..). Et dans ce cadre grandiose, un tricycle, moins sensible aux sautes d’humeur d’une aérologie montagnarde parfois traitresse, est finalement plus rassurant pour un pilote dont le lieu de vie est éloigné des montagnes et pour lequel  les fameux « taildraggers » ne font pas toujours partie du paysage aéronautique local.

 

140cv pour un quadriplace, c’est un peu poussif…D’autant qu’à 5190ft, on en a perdu 15% des dits chevaux…A nous donc de piloter « fin »  pour donner des ailes à la cavalerie restante (…). Mais lorsque le dit pilote arrivera avec sa famille ou ses amis et  son quadriplace de 180cv, peut-être (sûrement !...) se souviendra t’il du petit DR 300 qu’il maitrisait parfaitement lors de son autorisation de site et évitera t’il de décoller d’un altiport avec trois pax, des bagages,  15kt arrière et le carburant retour…ou de se présenter avec  un petit (…) 1,3 VS en finale avec de la turbulence !

Donc pour Peyresourde nous l’avons limité à 3 adultes à bord (pilote compris…). Un petit calcul : la masse à vide de l’avion est de 590 kg. Avec le réservoir principal complet soit 110l et 10kg de documentation (vive l’Ipad ! même si la doc papier…), il nous reste 100kg de marge par rapport à la masse maximum autorisée au décollage.

Et c’est bien comme cela ! En plaine, il sera toujours temps de prendre un passager (une ?...) supplémentaire ou de rajouter  50l d’Avgas dans le réservoir supplémentaire pour avoir ainsi une autonomie de 5h de vol à 180km/h.